En ce 21 octobre 2012, tu as deux ans. Tu t'es réveillée ce matin là, bien après que le soleil se soit levé, et de l’autre bout du couloir je t'entendais déjà m'appeler, de ta petite voix douce et aigüe : "ma-man!" Dans ton petit lit en fer forgé, tu es assise les jambes à travers les barreaux, tu danses déjà, le sourire aux lèvres, les cheveux  ébouriffés, les yeux un peu endormis encore. Tu me tends les bras, vite, toujours, et dès que je te prends, tu te jettes dans les miens.
J'ai coiffé tes cheveux blonds, si fins, si doux. Tes cheveux tout  bouclés, tes cheveux de bébé encore. Ta petite frange bien droite, ta délicate nuque toute douce et tes joues de bébé.
Je t'ai respirée, tu sens toujours la vanille, comme ta Marie que tu trimballes partout avec toi; toujours la tête en bas.
Je t'ai regardée, à travers mes yeux de mère, à travers mes yeux remplis d'amour, je t'ai regardée mais tu ne me voyais pas. Je t'ai mangée des yeux, aujourd'hui plus que les autres jours. Aujourd'hui et encore demain. Et encore après. Toujours.
Toujours je te regarderai, avec ce petit voile de tendresse et cet élan de bonheur. Toujours je suivrai tes pas, toujours je te prendrai, là, sur mon coeur, et je te bercerai. Même quand le vent t'aura fait pousser des ailes, quand le rouge sur tes joues sera devenu poudré et quand tes poupées ne seront plus que chiffon. Toujours je t'aimerai, ma petite, ma douceur, mon bébé, Tess.
Ce 21 octobre 2012, tu as deux ans, et c'est comme si le soleil s'était levé deux fois.